Travailler de chez soi : les avantages, les inconvénients et comment s’organiser au mieux 

 

Travailler de chez soi quand on est décoratrice d’intérieur à son compte : beaucoup m’envient et nombreuses sont les questions à ce sujet sur Instagram ou par mail.
Je profite donc d’un contexte tout particulièrement adapté, le confinement, pour rédiger un article à ce sujet !

Décoratrice d’intérieur indépendante : pourquoi j’ai choisi de travailler de chez moi

La question ne s’est pas vraiment posée pour être honnête. Quand je me suis lancée en tant que décoratrice d’intérieur à mon compte, je n’avais pas de budget à mettre dans un bureau à l’extérieur ou dans un coworking. D’autant plus que j’ai la chance d’avoir chez moi un espace dédié qui se prête à l’installation d’un bureau, séparé du reste de l’appartement.
Pour ceux qui veulent s’improviser un coin bureau pour les quelques jours qui arrivent, j’avais rédigé un article à ce sujet ici.

Passées les questions logistiques et financières, travailler de chez moi était une évidence après avoir travaillé des années en open space. J’avais besoin d’autonomie, de liberté, de ne rendre de comptes à personne et l’option d’être à la maison, avec mes horaires (pour travailler, pour déjeuner, pour faire des pauses), me convenait très bien !

L’autre point qui justifie de travailler de chez soi, c’est que je suis très souvent au téléphone. Avec des prospects pour de futurs projets de décoration, avec des clients, avec des artisans, des fournisseurs, des boutiques… Mon téléphone sonne une bonne vingtaine de fois par jour, au minimum. C’est compliqué de partager un bureau dans ces conditions.
Et enfin, l’un des gros avantages selon moi, c’est la liberté de travailler quand je le souhaite : j’irai peut-être faire mes courses un mardi à 16h mais en contre partie je serai au boulot un dimanche à 9h par exemple.
Pour autant, je me tiens à une routine assez stricte qui consiste à être prête et “au bureau” avant 9h chaque matin, certains artisans n’hésitant pas parfois à m’appeler à 7h30 !

Les inconvénients de travailler de chez soi quand on est indépendant

On ne va pas se mentir, travailler de chez soi présente aussi quelques inconvénients.
Le plus gros selon moi, c’est cette absence de “sas de décompression” entre le bureau et la maison. Il est difficile de se fixer des horaires et de souffler entre la fin du travail et la reprise du quotidien chez soi. Je m’impose quelquefois d’aller travailler dans des cafés, mais ça ne fonctionne que pour certaines tâches. Je me vois mal prendre tout mon matériel de dessin pour aller faire mes croquis sur un bout de table dans le café du coin ! 

Le manque d’interactions est aussi le gros point noir du travail à la maison. Je parle des interactions “basiques”, comme les discussions qu’on peut avoir avec des collègues à la machine à café, mais aussi les interactions professionnelles qu’on a quand on évolue dans une entreprise ou un contexte avec des gens qui font le même métier. Ces interactions sont la plupart du temps stimulantes, elles nous tirent vers le haut, nous permettent de nous remettre en question et de prendre du recul sur notre métier.
Heureusement, j’ai la chance d’avoir un petit groupe de décoratrices rencontrées via Instagram avec qui j’échange quotidiennement. On s’entraide, on partage, on s’écoute et on se comprend parce qu’on vit souvent les mêmes choses. 

Je pense qu’à terme, je finirai par louer un espace de travail dans un coworking. Outre les discussions classiques qu’on peut avoir, c’est aussi l’occasion de se créer un réseau et de se faire connaître en tant que décoratrice d’intérieur dans son quartier ou dans sa ville.
Voilà, vous savez tout ! J’espère que cet article vous aidera à choisir et concevoir un espace de travail dans lequel vous vous sentez bien, c’est la clé de la réussite selon moi !

Crédits photos : Jérôme Pantalacci